Les avantages d'une version doublée sur une VOST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les avantages d'une version doublée sur une VOST

Message  claude le Mer 27 Fév - 2:52


Auteur : Sujet: Les avantages d'une version doublée sur une VOST Bas
claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 10:55:26


Un sondage dont le résultat a été rapporté par l'Union européenne et a été publié par le monde de l'éducation en 2005 le révèle. La version originale sous-titrée est jugée majoritairement moins intéressante que la version doublée.
Il est tout de même à noter qu'avec un peu d'attention sur ce document, l 'on s'aperçoit que les ressortissants des pays qui sont trop petits pour s'offrir le doublage sont ceux qui votent le plus massivement pour la VOST. Ils sont aussi ceux qui sont le plus longtemps immergés dans le tout VOST . En revanche les ressortissants des ex-pays satellitaires de l'URSS sont ceux qui apprécient le plus les films doublés. De quoi revoir les chiffres du sondage et les relativiser !


Citation :

Dans les pays où les sous-titres sont couramment utilisés, l'idée de regarder des films et des programmes étrangers en version originale remporte un large soutien. 94% des Suédois et des Danois et 93% des Finlandais y sont favorables.







Citation :

Toutefois, la majorité des Européens, 56%, préfèrent regarder les films et programmes étrangers doublés plutôt que d'entendre la langue originale et de lire des sous-titres. C'est en particulier le cas en Hongrie (84%) et en République tchèque (78%).






L'on sait ce qu'il faut penser des sondages, voire des majorités. Aussi est-il bien plus intéressant de lire l'argumentaire des pro-doublage (en fait c'est la possibilité d'en suivre qui est réclamée et non pas la réduction en cendres de la VO) et des antiVOST (en fait c'est l'absence de choix face à une VOST qui est toujours dénoncée, pas l'existence même de la VOST).

--Message edité par claude le 2008-03-13 08:18:57--

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:00:05


Je laisse s'exprimer une Ukrainienne vivant aujourd'hui en France.


Citation :

J'imagine Fernandel, Louis de Funès, Bourvil etc. etc. doublés. Ce n'est même pas de l'imagination - chez nous, avant de passer au capitalisme sauvage, les films étrangers étaient magnifiquement doublés...
Si on ne connaît pas la langue, on rate les mimiques, les détails d'une scène à force de lire les sous-titres (qui, eux, ne rendent pas tout ce que dit le personnage, je sais, à force de comparer la parole et l'écriture dans les films sous-titrés que je comprends en VO; j'ai même sous-titré un film jamais sorti en France mais qui me plaît bien).
Et si on n'a jamais eu envie ou possibilité d'apprendre telle ou telle langue, écouter les voix incompréhensibles pendant plus d'une heure, essayer de suivre en lisant les sous-titres, c'est une sacrée prise de tête...

Moralité: si un jour on a une télévision permettant de choisir entre la VO sous-titrée et la version doublée, ainsi soit-il. En attendant, imposer à tous le sous-titrage bien moins cher à produire mais assez pénible, sous un vague prétexte qu'il "peut" inciter à apprendre les langues, c'est pousser le bouchon trop loin. (D'ailleurs ces Scandinaves tant vantés... uniquement pour leurs connaissances en anglais qui ne vont jusqu'au niveau d'un natif, mais pas pour leur production cinématographique, en quelle VO regardent-ils les films?.. Sûrement pas en italien )





skirlet2
http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=2182&p=1&PHPSESSID=871e15b30a7cd90df43405dacb0eb349

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:04:06


Citation :

J'admets qu'il existe des esprits supérieurs qui arrivent en même temps à lire les sous-titres, voir les scènes et les mouvements des lèvres... je n'en fais pas partie.

Toute l'information devient visuelle, les voix qui ne portent aucune info (si on ne connaît pas la langue) deviennent un bruit de fond qui déconcentre.

La seule chose qui me console, c'est que je ne suis pas la seule

Il ne faut pas croire que les gens qui sont pour le doublage n'ont jamais essayé de voir les versions en VO .
D'ailleurs vous n'avez jamais vu les films français doublés en russe, alors ne vous pressez pas tant de les dénigrer. Depuis le temps, je les ai vus en VO, et d'autant plus que j'apprécie le travail des doubleurs qui ont fait presque l'impossible.






Je reprends la parole ici.
Il n'est donc pas vrai que "les partisans du doublage privilégient la narration, les partisans du sous-titre le jeu des comédiens. "
Les partisans du doublage ont besoin d'une narration dans leur langue native pour comprendre le sens des paroles du jeu du comédien sur l'écran; et ils peuvent observer à loisir le jeu gestuel du comédien à l'écran.
Les partisans des sous-titres privilégient le jeu vocal du comédien d'écran,sa musicalité; mais perdent son jeu gestuel et le sens de ses propos.
Au total les partisans du doublage profitent beaucoup plus du film et du comédien à l'écran : ils voient les images contextes de la narration et le jeu de physionomie de l'acteur à l'écran et ils comprennent directement par le son ce qu'il énonce. Ils comprennent le sens de ses mimiques.
A l'inverse les tenants de la VOST voient un peu un acteur faisant des mimiques tout en ayant les yeux rivés sur le texte qui apparaît en bas d'écran. Ils observent vaguement un mime Marceau chantonnant et suivent mal les dialogues.

--Message edité par claude le 2008-03-11 11:17:35--

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:22:46


Citation :

Je souligne encore une fois que la perception de celui qui a des notions d'une langue et qui essaie d'approfondir, et de celui qui ne la connaît pas du tout ou ne veut pas la travailler sont très différentes vis-à-vis des sous-titres.
Qui plus est, pour moi les mimiques ont beaucoup d'importance, et c'est elles qu'on perd en lisant les sous-titres.
Les seuls cas où entendre une voix, même sans comprendre, me suffit, c'est quand il s'agit des chanteurs .








Citation :

En parlant de la fidélité à l'oeuvre, c'est encore un débat sans fin. En continuant une comparaison littéraire, les sous-titres pour moi c'est comme si on me proposait de lire un roman étranger mais pas en traduction littéraire - en VO accompagné d'une brève explication en bas de chaque phrase.

Après tout, une oeuvre est intimément liée à la langue dans laquelle elle est écrite On peut ainsi qualifier les traductions de "crime culturel".
Faut-il faire comme ça? Ou essayer d'apprendre des milliers de langues pour lire en VO (ce serait chouette mais impossible)? Ou admettre qu'une traduction a ses limites mais qu'elle restitue beaucoup?
Pour ma part, je constate que peut-être de Funès en russe n'est pas tout à fait comme en VO, mais ces intonations célèbres ont été bien rendues, le public a pu contempler ses grimaces qui changent si vite (encore une fois - la lecture détourne le regard), et on l'aimait beaucoup, ce qui, je pense, serait bien moins le cas si uniquement VO.
Qui plus est, Jean Marais avec sa "vraie" voix s'est révélé pour moi décevant .

Ce n'est pas pour rien que les grands et même moins grands pays pratiquent le doublage - il y a une forte demande.





--Message edité par claude le 2008-03-11 11:25:29--

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:42:15


A celui qui dirait :"dans le cas du spectacle, les mots de l'auteur ne sont pas seuls en compte. Il y aussi le travail de l'acteur, avec son corps, son visage... et sa voix.", je lui oppose d'une part que ce sont précisément les sous-titres qui empêche de goûter pleinement au travail du corps et du visage de l'acteur à l'écran, ce qu'au contraire le doublage n'altère pas; et d'autre part que la voix humaine sert d'abord à transmettre un message.
Bien sûr l'on peut regretter de ne pas avoir en plus la même voix que l'originale ; mais d'une part il est certaines intonations qui seraient contreproductives pour la compréhension des dialogues parce que totalement trompeuses, les accents étant différents ou différemment placés d'un pays à l'autre et pouvant conduire au contresens;
et d'autre part la post-synchronisation,jamais décriée par les tenants de la VOST,et tant utilisée dans le cinéma italien sans offuscation des mêmes tenants de la VOST, démontre bien que les voix des acteurs d'écran ne sont pas non plus parfaites pour traduire des sentiments.

Je reconnais volontiers que l'idéal serait d'avoir un comédien de doublage capable de conserver toutes les caractéristiques de la voix de l'acteur d'écran et de modifier les intonations pour une parfaite transcrïption d'un univers de langue à l'autre.
Les doublages de 1930 à 1980 ont cherché cette perfection. Même si parfois certaines voix ont été retouchées, mais seulement parce que la tessiture originale ne collait pas avec le type de personnage joué à l'écran.

--Message edité par claude le 2008-03-11 11:45:11--

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:52:12


A celui qui verrait une contradiction entre écarter la voix et exprimer une préférence pour entendre le chanteur dans sa langue,
j'opposerais l'idée que la voix chantée prend une toute autre dimension qui se rapproche de la musique pure. La commmunication ne se fait plus dés lors par le texte, mais par la musicalité. C'est d'autant plus vrai pour les oeuvres anglo-saxonnes qui cisèlent des groupes de mots non pas pour servir le sens de la chanson, mais sa mélodie.
J'ajouterais également que dans quelques cas (en général les acteurs américains sont également chanteurs et sont des artistes très complets), l'acteur chante en play-back et a en fait la voix d'un véritable chanteur,tierce personne

--Message edité par claude le 2008-03-11 11:53:08--

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:56:16


Citation :

Je ne parlais pas des mauvaises traductions. Chaque chose mal faite est repréhensible.
Mais si on classe toutes les traductions dans "crimes", on sera enfermés dans sa propre culture...
Je dois être une criminelle endurcie, vu le nombre de livres lus en traduction et de films doublés regardés
Je l'ai déjà dit mais je le répète: pour arriver à un niveau qui permet à consommer la littérature étrangère à un bon niveau, il faut accomplir un énorme boulot, et ce n'est que pour une seule langue.
Donc je continuerai à encourager cet horrible crime qui est la traduction
Qui en plus est un art qui consiste non seulement à rendre le sens, mais faire en sorte que le texte soit compréhensible et n'ait pas l'air d'un texte étranger.
Par exemple, je préfère qu'on traduise cette expression anglaise directement comme "il a une araignée au plafond" plutôt que par "il a une chauve-souris dans le beffroi" avec un renvoi en bas de page et une explication pointilleuse sur le sens de la phrase A ce sujet, j'apprécie beaucoup les livres de Nora Gal et d'André Cherpillod.

Pour le doublage, il faudrait convenir que chacun a ses priorités et sa perception. Pour moi entendre la voix d'origine d'un acteur n'est pas prioritaire, mais voir les mimiques oui, recevoir l'info par les oreilles oui Et si je ne peux pas avoir tout à la fois, je préfère un film doublé.
Ceux qui préfèrent écouter les voix sans comprendre ont parfaitement le droit à leur opinion.






claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 11:59:58


Je laisse la parole à un Belge.

Citation :

Dans mon enfance (années soixante et soixante-dix), j’ai vu à la télévision tous les westerns américains, dont je raffolais à l’époque, en version française uniquement. Les voix françaises de James Stuart, de Johne Wayne et des autres m’étaient donc tout à fait familières, et les voix véritables de ces acteurs par là même tout à fait inconnues, au point que lorsque je les ai entendues pour la première fois en version originale (à la télé flamande, je crois, qui a pour principe de ne diffuser les films qu’en version originale), cela m’a paru tout à fait étrange, presque comme venant d’extra-terrestres, et en tous cas, en ce temps-là du moins, assez désagréables à l’ouïe. Ce qui m’amène aux réflexions suivantes:

- les doublages n’étaient-ils pas, de façon générale, de meilleure qualité par le passé (années soixante et avant) que de nos jours?
- lorsqu’on veut comparer V.O. et version doublée, ne convient-il pas de prendre comme élément de comparaison une bonne version doublée, c’est-à-dire satisfaisante tant techniquement que du point de vue du jeu des acteurs?

À propos du cinéma italien classique des années soixante et soixante-dix, dont personnellement je regrette amèrement la disparition, il faut remarquer qu’on ne faisait quasiment jamais de prise de son directe (sur le lieu de tournage), mais que les films étaient toujours post-synchronisés (en studio). Voilà de quoi relativiser un peu l’idée des vertus ontologiquement supérieures de la V.O.





Torsade de Pointe
http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=2182&p=2&PHPSESSID=871e15b30a7cd90df43405dacb0eb349

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 12:03:18


Quelques propos d'un français vivant au Japon

Citation :

VO et acquisition des langues
J'ai longtemps cru que l'accès systématique aux versions originales des films facilitait l'acquisition des langues étrangères. Eh bien si je me base sur le pays dans lequel je vis, je suis bien obligé de constater que les choses ne sont pas aussi simples. Les Japonais sont parmi les plus gros consommateurs de films américains du monde, et au cinéma ceux-ci sont presque toujours présentés en version originale (à l'exception des films destinés aux moins de 10-12 ans, public trop jeune pour pouvoir lire tous les caractères des sous-titres). Il y a extrêmement peu de films à la télé : ils sont présentés en versions doublées sur les chaînes gratuites et en VO sous-titrées sur les chaînes payantes. Enfin, les vidéothèques offrent pour les mêmes films beaucoup plus de versions sous-titrées que de versions doublées. Mais, malgré cet engouement pour les VO, les étudiants japonais sont statistiquement parmi les plus mauvais locuteurs d'anglais langue étrangère.

VO et "lecture" des images
Un film est un machin complexe. Le cerveau (=l'ensemble des processus permettant la perception des images et du son, la compréhension des images et du langage, ainsi que l'intelligence et la mémoire individuelle) est aussi un machin complexe.

Il y a certainement des personnes qui sans être des "esprits supérieurs" peuvent lire les sous-titres ET percevoir des détails de l'image que d'autres personnes, qui ne sont pas bêtes pour autant, ne percevraient pas quand bien même ils regarderaient le même film en version doublée.
Un peu comme en musique, certains écoutent l'ensemble, et d'autres perçoivent les différents instruments ; un peu comme en peinture, certains ne voient que le visage et les mains de la Joconde, tandis que d'autres voient aussi les paysages en arrière-plan.
Bref, je ne suis pas persuadé que le temps qui n'est pas utilisé à lire les sous-titres est utilisé par tous les spectateurs pour profiter pleinement de l'image.





claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 12:10:53


Les nuances apportées par un décrieur de la version doublée


Citation :

Quant à l'inconvénient des sous-titres, je ne le nie pas. Ce serait sans doute mieux de les mettre en haut de l'image.

Il m'est arrivé de voir des séquences de fims français récupérés au fond d'une cinémathèque étrangère, et donc sous-titrés dans une langue que j'ignore totalement; Hé bien, mon œil s'égarait sur l'inutile, le superflu sous-titre... C'est sans doute une gêne pour décoder l'image,






Citation :

un ami m'a posé une colle assez redoutable :
« Tu boudes systématiquement les films doublés. Mais si tu étais réalisateur, que préférerais-tu : que l'on voie une version tronquée de ton film, ou qu'on ne le voie pas du tout ? »





claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 12:20:08


L'incommodité absolue des sous-titres


Citation :

Skirlet :

"(...) écouter les voix incompréhensibles pendant plus d'une heure, essayer de suivre en lisant les sous-titres, c'est une sacrée prise de tête... "

S'y ajoute, dans mon cas personnel, que j'ai la manie de lire les sous-titres dans nos deux langues nationales. En effet, ici en Belgique, les films sont sous-titrés à la fois en français et en néerlandais, c'est-à-dire qu'il y a toujours deux lignes de sous-titres. Non seulement je lis les deux versions linguistiques, mais en plus je les compare, je vérifie si elle concordent, et si je comprends la version originale, j'examine laquelle des deux versions sous-titrées est la plus conforme à l'original. Alors, effectivement, c'est une sacrée prise de tête, et surtout il me rest peu de temps de regarder l'image. Je n'arrive pas à surmonter cette funeste tendance. C'est peut-être la raison pour laquelle je n'ai plus mis les pieds dans une salle de cinéma depuis près de dix ans.






Citation :

"Il y a certainement des personnes qui sans être des "esprits supérieurs" peuvent lire les sous-titres ET percevoir des détails de l'image que d'autres personnes, qui ne sont pas bêtes pour autant, ne percevraient pas quand bien même ils regarderaient le même film en version doublée.
Un peu comme en musique, certains écoutent l'ensemble, et d'autres perçoivent les différents instruments ; un peu comme en peinture, certains ne voient que le visage et les mains de la Joconde, tandis que d'autres voient aussi les paysages en arrière-plan.
Bref, je ne suis pas persuadé que le temps qui n'est pas utilisé à lire les sous-titres est utilisé par tous les spectateurs pour profiter pleinement de l'image."
Mon cerveau s'aperçoit plus de choses si je ne lis pas les sous-titres En effet, on ne peut pas affirmer qu'on profite pleinement de l'image, mais le regard peut dériver au hasard ou s'accrocher à un détail qui paraît important, tandis que la lecture des sous-titres oblige à le diriger vers un endroit défini.

Au sujet des traductions (bonnes, cela va sans dire), elles sont pour moi plutôt les "transitions" que les "trahisons"... J'ai éprouvé tant d'émotions en lisant les livres traduites, que je ne peux pas considérer les traducteurs comme le mal nécessaire et avoir au coin de la tête une pensée "bof, ce n'est qu'un pâle réflet de l'oeuvre originale". Oui, elle change, elle perd quelque chose mais prend de nouvelles facettes. Ce Shakespeare, est-il beaucoup lu par les jeunes natifs? Chez nous, il n'est pas rare qu'un garçon ajoute un sonnet de Shakespeare (traduit, bien sûr) au bouquet destiné à une jeune fille Pas parce tous sont si cultivééés, du tout
Même un traducteur de bon niveau ne lit pas un livre exactement comme un natif, il accomplit un travail remarquable pour préciser tel ou tel détail culturel ou lingustique, et fait en sorte que le lecteur profite de la lecture pleinement. Si, en revanche, le lecteur bute en permanence sur des phrases : "qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire?", "drôle de tournure...", alors le traducteur a mal fait son boulot. Seulement la traduction littéraire est moins "porteuse" financièrement, comme j'ai entendu dire, et c'est dommage.






--Message edité par claude le 2008-03-11 12:24:31--

Rémi
Messages postés : 427
Voxophile passionné
Posté le 11/03/2008 12:30:39


Claude, tu prends quoi comme médicament le matin?

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 12:30:50


La nécessité ou non d'une traduction


Citation :

Peut-on se passer de traductions? Oui, si:
- on ne lira que dans sa propre langue ou parfois dans une autre encore
- on est très doué, au point d'en connaître quelques dizaines (ce qui n'englobera pas toutes les langues du monde, même les plus "culturelles" )
- on ne lit pas du tout.

Non, si:
- on veut découvrir les autres cultures
- on est conscient de ses limites linguistiques





http://www.languefrancaise.net/forum/viewtopic.php?id=2182&p=2&PHPSESSID=871e15b30a7cd90df43405dacb0eb349

--Message edité par claude le 2008-03-11 12:35:34--

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 11/03/2008 12:33:19


Citation :

Rémi a dit :

Claude, tu prends quoi comme médicament le matin?





J'ai trouvé ces choses-là en cherchant le doublage du Bel Antonio.


Arachnée
Administrateur
Messages postés : 944
Posté le 11/03/2008 21:25:41


J'ai beau soutenir le doublage du mieux que je peux, votre titre m'écorche les yeux Claude! Une VF ne sera JAMAIS supérieure à une VO...
Sauf sur un dessin animé à la limite...

--Message edité par Arachnée le 2008-03-11 21:26:39--

avioracing
Messages postés : 53
Voxophile confirmé Posté le 11/03/2008 22:11:33


Claude parle surtout de supériorité du doublage par rapport au sous-titrage, et non à la version originale elle-même.

C'est donc + un "duel" entre 2 techniques qu'entre 2 versions.

Arachnée
Administrateur
Messages postés : 944
Posté le 11/03/2008 22:33:30


Oui c'est vrai. Mais ça me choque quand même encore!

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 12/03/2008 12:07:45


J'ai toujours dit que la version doublée doit tout à la VO (et
que je regrette de ne pas être parfait multilingue, et que j'ai le plus profond respect pour toutes les langues; encore que je considère qu'il est bon qu'une oeuvre originale suscite des doublons plutôt que de se scléroser dans une seule langue, car la plus riche des langues ne permet pas à un auteur d'exprimer toutes ses idées et ses sentiments quand une expression n'existe pas dans sa langue, mais dans une autre... : une version doublée peut être l’occasion pour l’adaptateur d’aider l’auteur à trouver l’expression juste)

Or la VOST n'est en rien la VO puisqu'elle est un procédé qui mange une partie de l'image VO dont uen partie du corps des acteurs et une partie des dialogues VO, tout en ne rendant pas compréhensible directement la VO.

Comme d'habitude j'ai pesé mes mots au millimètre pour bien exprimer le contenu du thème abordé . Le titre n'est pas "la supériorité de la version doublée sur la VO". Tout juste aurais-je risqué "la version doublée plus commode que la VO" ; mais ce n'était pas le vrai fond de ma pensée. D'ailleurs mes renvois constants au titre VO et à la distribution VO démontrent mon attachement fidèle à indiquer et reconnaître que telle ou telle distribution vocale française s'inscrit dans la continuité de telle ou telle distribution VO

Donc Arachnée, on répète après moi :"la VOST n'est pas la VO; la VOST n'est pas la VO ..."

Tout cela pour dire que je suis désolé d'avoir suscité une émotion. Gloups !

--Message edité par claude le 2008-03-12 12:08:20--

Arachnée
Administrateur
Messages postés : 944
Posté le 12/03/2008 20:21:23


Il n'empêche Claude, je n'aime pas ce mot "supériorité", quand bien même vous parlez de la VOSTF et non de la VO. C'est totalement subjectif et d'autres pourraient tout aussi bien parler de la supériorité de la VOSTF sur le doublage!

Ca me ferait donc plaisir si vous pouviez trouver une formule moins "tranchante".

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 13/03/2008 08:54:01


J'ai démontré objectivement la supériorité de la version doublée sur la VOST.
*Quant à l'image, la version doublée permet de la voir toute entière sans création de distraction
alors que la VOST la mange et crée une distraction par les écrits qui apparaissent et s'enchaînent rapidement.

*Quant au jeu physique des acteurs sur l'écran (gestes, déplacements, mimiques), la version doublée permet de les voir entièrement sans création de distraction et de leur donner un sens complet
alors que la VOST la mange , crée une distraction par les écrits qui apparaissent et s'enchaînent rapidement et ne transmet qu'un sens incomplet puisque l'intégralité des dialogues et deleur subtilité n'est pas reportée dans les sous-titres.

*Quant à la musique, les 2 types de techniques la conservent.

*Quant au son, la version doublée permet de lui donner un sens alors que la VOST transmet sans décodage les dialogues originaux.

*Quant aux intonations de voix, la version doublée permet d'effectuer les transpositions nécessaires alors que la VOST brute livre le public aux contresens.

*Quant aux caractéristiques de la voix, la VOST nous livre, sans correction possible, la vraie voix de l'acteur original avec ses qualités , mais aussi avec ses défauts que les acteurs originaux se reprochent à eux-mêmes . Tandis que la version doublée cherche à imiter la voix ou à la faire coller au personnage jouée et est l'occasion d'apporter les corrections nécessaires à une voix originale qui colle mal au rôle.

*Quant à la langue dans laquelle s'exprime la voix, elle est directement compréhensible via l'audition grâce à la version doublée, alors que la VOST communique mal via la lecture.

*La version doublée permet de recevoir une oeuvre cinématographique seulement par le son et l'image, ce qui est la caractéristique 1ère de ce type d'oeuvre; et contribue à respecter l'oeuvre dans sa catégorie et à la séparer d'un livre à image et à son . En revanche la VOST ajoute au son et à l'image un texte à lire, ce qui transforme l'essence même de l'oeuvre et la fait devenir mixte.

*La version doublée est adaptée aux personnes qui pathologiquement lisent mal (plus on avance en âge et plus statistiquement ce sera le cas) ou à celles qui ne savent pas lire leur langue, alors que la VOST est totalement inadaptée. Si bien que la version doublée touche effectivement, conformément aux souhaits de l'équipe de l'oeuvre originale, au coeur , à l'âme et à l'intellect du plus large public possible ; alors que la VOST crée une discrimination de fait et écarte les plus de 40 ans et les illettrés de la possibilité de goûter l'oeuvre.
La version doublée permet auprès de ces handicapés de la vie de ne pas affubler du titre de pur grimacier un acteur qui énonce des dialogues au son agréable, mais incompréhensible.

Je laisse aux détracteurs ("les autres") le soin d'apporter des éléments objectifs qui pourraient remettre en cause ma thèse, en dehors du doublage fait à la hâte et sans précaution; et d'apporter la démonstration que la VOST a plus d'avantages essentiels que la version doublée.

--Message edité par claude le 2008-03-13 08:56:15--


Pages : 1 2 Suiv.


Auteur : Sujet: Les avantages d'une version doublée sur une VOST Bas
Arachnée
Administrateur
Messages postés : 945
Posté le 13/03/2008 19:24:50


Je vous remercie d'avoir changé le titre, celui-ci est bien mieux!

avioracing
Messages postés : 53
Voxophile confirmé Posté le 14/03/2008 13:35:10


Je mettrai tout de même une nuance à tout ça.

A force de regarder des VOSTF d'une langue, on commence à capter les intonations, émotions, et autres subtilités de jeu dans cette langue. Alors certes, les sous-titres sont indispensables pour comprendre ce qui est dit. Mais je peux vous assurer qu'avec un bon sous-titrage, j'ai vraiment la sensation de comprendre et de boire les dialogues de cette langue étrangère. Il y a une harmonie parfaite qui se crée entre mes yeux et mes oreilles. Mais bien entendu, si le sous-titres disparaissent, le décodeur est cassé, il reste le ressenti, mais plus la compréhension.

Cela s'acquiert langue par langue, à force de regarder en VOSTF.

Après, il est vrai que suivant la situation en scène (action rapide,etc...), il vaut mieux regarder le passage 2 fois pour profiter pleinement de l'image la deuxième fois. Je le concède.

claude
Modérateur
Messages postés : 1212
Voxophile acharné Posté le 14/03/2008 17:35:58


1) Reste l'incontournable problème visuel des plus de 40 ans, qui s'ils voient l'image, voient mal le texte. Les verres progressifs permettent mal de passer du texte en bas d'écran au reste de l'écran.

2) L'imprégnation de la langue par la VOST est accessible seulement si l'on possède l'oeuvre sous forme de DVD .
Or il faut posséder un lecteur de DVD et avoir les moyens financiers de s'acheter les DVD. Et avoir le temps de ne pas regarder uniquement des vieux films diffusés à la TV .
Ce n'est pas mon cas pour le lecteur de DVD et le temps au moins.

3) Il ne faut pas que la maîtrise parfaite des langues étrangères conduise à repousser systématiquement les oeuvres dérivées que sont les oeuvres doublées : ce ne serait pas respectueux des auteurs et interprètes.
Je parle essentiellement du doublage en phase avec l'époque des films de 1930 à 1980. Les films plus récents, je ne les suis pas pour au moins 2 raisons:
*je sélectionnne systématiquement les films antérieurs quand il y a des diffusions concomitantes de films récents par nostalgie, par volonté de recueillir des fiches pour rendre hommage aux comédiens de doublage de l'époque et par goût du dépaysement (les préoccupations d'un juriste dans le monde moderne lui imposent de souffler le soir venu)
*je n'apprécie pas globalement sauf exceptions les films ou séries depuis 1970 aux motifs de leurs thèmes, des techniques de cadrage (on coupe les têtes des comédiens...) , de la portée aux nues des anti-héros, du niveau des dialogues (un mot par phrase ...) , du sexe omniprésent et gratuit (nudité, texte) ... Je suis comme cela.

ce qui fait que je ne suis pas à même de juger de la qualité des doublages récents. C'est pour cela que je m'abstiens de tout jugement, parce qu'il ne serait pas objectif .


Pages : Prec. 1 2


claude

Messages : 8517
Date d'inscription : 03/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum