Un dictionnaire des termes du doublage ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un dictionnaire des termes du doublage ?

Message  claude le Mer 27 Fév - 7:46

Notification par email | Prévenir les modérateursAuteur : Sujet: Un dictionnaire des termes du doublage ? Bas
Olikos
Messages postés : 236
Voxophile confirmé
Posté le 09/04/2008 13:19:42


Est-il possible de créer une sorte de dictionnaire rapportant les termes ou fonctions en rapport avec le doublage ? Pas une liste exhaustive, mais des termes génériques que l'on rencontre très souvent, et qui laisse perplexe les personnes non familières du milieu (moi par exemple ).

Par exemple, jusqu'à ce que je rejoigne ce forum, j'employais systématiquement le mot "doubleur" à toute occasion, comme j'imagine la grande majorité des français (à force d'entendre ce terme constamment employé par les journaux ou même les reportages des DVD). Bref, je réapprends à employer "acteur" ou "comédien" dans ces situations. Plus généralement, j'utilise la tournure "xx a donné sa voix à YY".

Un dictionnaire ça serait donc sûrement très utile.

--Message edité par Arachnée le 2008-04-10 18:41:00--

claude
Modérateur
Messages postés : 2800
Voxophile acharné Posté le 09/04/2008 17:20:58


Lexique (à compléter : il fait l'objet d'une mise à jour régulière avec ajouts de termes et de définitions ou de références ) :

1ère VF

2ème VF

3ème VF

Acteur d'écran
= comédien figurant sur la partie image d'une oeuvre cinématographique dont le comédien de doublage remplace la voix et suit le mouvement des lèvres sauf en contre-champ
(définition personnelle de 1ère approche)

Adaptateur
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4435

Adaptateur pour sous-titrages

Adaptation à l'écran

Adaptation par doublage

ADR Additional Dialogue Recording = enregistrement de dialogues additionnels

Artiste-interprète de doublage (v. aussi comédien de doublage)
= artiste interprétant les dialogues de la VF en suivant les indications du directeur artistique et du chef de plateau et en collant au mouvement des lèvres de l'acteur d'écran ou en remplaçant une voix-off
(définition de 1ère approche)
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5048

Auditorium

Auteur du doublage
= créateur de l'oeuvre de doublage à partir de l'oeuvre initiale en langue étrangère (ou VO) (ex-type: adaptateur) (définition de 1ère approche)

Bande rythmo(-graphique)
= une bande sur laquelle on a écrit un texte qui correspond aux paroles dites par le comédien d'écran soit dans la langue originelle (cas de la post-synchronisation), soit dans la langue de transposition et d'adaptation (cas du doublage) et qui comporte des mots plus ou moins allongés par réplication de lettres pour que le texte à dire soit synchrone avec le mouvement des lèvres.
(Pendant la projection en boucle du bout de film à post-synchroniser ou à doubler, cette bande rythmo se déplace horizontalement devant un trait vertical (repère). Le comédien du film ou un autre comédien, devant un micro, lit le mot du texte qui passe devant le trait vertical .
Cette bande rythmo, traditionnellement, est placée en bas de l'écran de projection. )
http://jjannaud.blog.toutlecine.com/1078/La-post-synchronisation/

Bande son française

Bruiteur
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article3974

Calligraphiste

Carton
=texte imprimé apparaissant à l'écran

Carton de doublage

Casting de doublage
= auditions de comédiens de doublage destinés à permettre le choix de la distribution vocale finale

Casting vocal (v. distribution vocale)

Chef de plateau (v aussi directeur de plateau)

Chef du service montage
= s'occupe de la préparation et réalisation de la synchronisation des films doublés (scènes à supprimer, etc…) titres, génériques et fins, inserts à retourner. Refait les films annonces, assiste aux enregistrements, aux réenregistrements, s'occupe de toutes
commandes et réceptions des laboratoires, visionne les copies standard, suggère les retakes nécessaires pour le
synchronisme.
(auxiliaire technique)

Chef monteur
=technicien chargé de préparer le film pour les nécessités du doublage (suppression des scènes, etc…). Il assiste
aux enregistrements, monte et synchronise les bandes son paroles, musique, effets sonores importés avec le film ou
refaits à l'enregistrement.
Il assiste et surveille le mélange.

Collaboration créative à une oeuvre
= intervention créative en vue d'une oeuvre nouvelle, ce qui exclut la simple autorisation d'incorporation d'une oeuvre ancienne par son auteur
(définition personnelle)

Comédien de doublage (v. aussi artiste-interprète de doublage)

Comédien-interprète de doublage

Détecteur
http://www.objectif-cinema.com/horschamps/043.php
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5032

Deuxième doublage

Deuxième VF

Dialoguiste
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4435
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5024

Diffuseur
= personne chargée ou se chargeant de transmettre l'oeuvre au public par représentation (ex: par projection sur écran de cinéma ou sur écran télévisé) ou par reproduction (ex: sur bobine, sur cassette , sur DVD ...)
(définition de 1ère approche)

Distributeur
= personne chargée par un producteur de trouver des diffuseurs de l'oeuvre première (ou VO) ou de l'oeuvre dérivée (ou VF par exemple)
(définition de 1ère approche)

Distribution vocale
= ensemble des comédiens de doublage pour une oeuvre

Doublage (plusieurs sens)
*remplacement de la voix d'un acteur d'écran par la voix d'un acteur de doublage
*ensemble de tous les remplacements pour une même oeuvre audiovisuelle de la voix des acteurs d'écran par les voix des acteurs de doublage
*oeuvre qui résulte de l'ensemble de ces remplacements
*ensemble des opérations qui précède, comporte et suivent l'ensemble de ces remplacements
*action d'assurer le rôle de doublure
(définitions de 1ère approche)
http://www.objectif-cinema.com/horschamps/005.php

Doublage à l'image

Doublage chanté

Doublage d'époque
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4736

Doublage d'origine
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4736

Doublage parlé

Doublage récent
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4736

Doublage tardif
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4736

Doubleur (plusieurs sens très différents)
*société de doublage prestataire de service ayant comme salariés ou sous-traitants des comédiens de doublage
*comédien de doublage (au Québec)
*doublure à l'image = cascadeur ou homme-silhouette pour un dos, une belle jambe...
(définitions de 1ère approche)

Générique en VF
= générique traduit du générique original contenant le casting complet de la VO (distribution et équipe technique) et comportant parfois une partie consacrée au doublage (distribution et équipe technique)

Incrustation d'un carton de doublage

Ingénieur du son

Lecteur de bande rythmo
= comédien de doublage mal payé (dans ce cadre ou précédemment hors de ce cadre) ou subissant des cadences infernales ne jouant pas le texte figurant sur la bande rythmo et dont la prestation n'est pas l'objet d'une demande de correction avant bouclage définitif de la matrice (pour cause de cadences infernales imposées par le producteur VO afin d'assurer une sortie concomitante des différentes versions); et suscitant la critique des fans de doublage et des cinéphiles en VF
(expression et définition personnelles)


Matrice (v aussi Master)
= enregistrement de la version définitive d'une oeuvre audiovisuelle
(définition de 1ère approche)

Mixage

Mixeur

Monteur
= aide le chef monteur dans son travail en général, il dédouble et numérote des scènes. Dans le doublage à la bande,
prépare les boucles images et la bande rythmo. Démonte et remonte l'image, monte les copies propres et fait les
maquillages.
Dans les cas de films doublés sans détection, fait le découpage.




Oeuvre composite
= oeuvre consistant à incorporer une oeuvre préexistante totalement (par ex: oeuvre sous-titrée) ou partiellement (par ex: oeuvre de doublage incorporant la partie image et la sous-partie musicale et excluant la sous-partie vocale de la bande-son de l'oeuvre originale) dans une oeuvre absorbante

Oeuvre composite de collaboration
= oeuvre composite à plusieurs auteurs-contributeurs, avec ou sans la collaboration créative de l'auteur de l'oeuvre originaire
(définition de 1ère approche)

Oeuvre dérivative


Oeuvre dérivée
= catégorie juridique à laquelle appartient une oeuvre de doublage

Oeuvre purement composite
= oeuvre composite sans la collaboration créative de l'auteur de l'oeuvre originaire
(définition de 1ère approche)

Postsynchronisation
= remplacement d'une voix d'un acteur d'écran par une voix dans la même langue (celle de l'acteur d'écran ou celle d'un autre acteur)
(définition de 1ère approche)
http://www.iesanetwork.com/cinestudio/fabric_film/doublage.html
http://jjannaud.blog.toutlecine.com/1078/La-post-synchronisation/

Premier doublage
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4736

Première VF
http://www.objectif-cinema.com/spip.php?article4736

Producteur d'une VF
= personne à l'initiative et à la responsabilité d'une VF
(définition de 1ère approche)

Producteur d'une VO
= personne à l'initiative et à la responsabilité d'une VO
(définition de 1ère approche)

Redoublage

Redoublage partiel
*par remplacement d'une seule voix
*par ajouts sur une version écran plus longue

Recalage
phase pendant laquelle le synchronisme est rendu plus précis par l'intervention d'un monteur son, appelé recaleur
http://www.sodec.gouv.qc.ca/documents/publications/cinema_conv_voix.pdf

Sous-Titres

Sous-Titrage
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5468

Sous-Titreur
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5032

Superviseur

Support matériel

Synchronisation
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5459

Traduction
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5470
http://www.objectif-cinema.net/communaute/showthread.php3?threadid=5467

Traduction d'une VO langue non anglaise en anglais

Transparence VOSTF-VF

Troisième doublage

Troisième VF

VA
= Version doublée allemande

VB
= version doublée brésilienne (portugais brésilien)

VE
= version doublée espagnole (il en est de 2 sortes : castillane ou catalane)

Version doublée
= version dérivée par adaptation en une autre langue d'une version originale
(définition de 1ère approche)

Version française francophonienne
= version française (VFF ou VFQ) ayant tenu lieu de VF dans toute la Francophonie
(expression et définition personnelles)

VF
= version doublée française

VFF
= version française de France ou d'un autre pays francophone que le Québec (Belgique, Suisse...)

VFphile

VFphilie

VFphobe
= adversaire des VF, appartenant aux béotiens

VFphobie


VI
= Version internationale
La "VI" est la bande son de la totalité du film, avec les ambiances, la musique et les bruits mais sans les dialogues.
http://jjannaud.blog.toutlecine.com/6/

VI
= version doublée italienne

VJ (ou VOJ)
= version originale japonaise

VO
= Version originale

VOphile
= amateur de VO, souvent des VOST, ne rejetant pas les VF

VOphilie

VOST
= Version originale sous-titrée

VOSTF
=Version originale sous-titrée en français

Voxographe
= personne recueillant des données destinées à attribuer la paternité d'un doublage à un comédien ou un adaptateur

Voxographie
= liste des doublages effectués par un comédien

Voxophile

Voxophilie

VP
= version doublée portugaise (du Portugal)

VR
= version doublée russe

--Message edité par claude le 2008-07-24 13:38:20--

claude
Modérateur
Messages postés : 2800
Voxophile acharné Posté le 09/04/2008 17:38:46


Il convient également de se reporter au livre de François Justamand et alii:

Rencontres autour du doublage des films et des séries télé par François Justamand, Thierry Attard, Maxime Bomier, et Laurent Girard (Broché - 6 juin 2006)

Broché: 217 pages
Editeur : Objectif Cinéma (6 juin 2006)
Langue : Français
ISBN-10: 2915713014
ISBN-13: 978-2915713015


Citation :

Présentation de l'éditeur
Le doublage est apparu tout naturellement avec le début du cinéma parlant et a suscité, à cette époque, bien des polémiques chez certains critiques et professionnels du cinéma. Depuis, cette technique, devenue une véritable industrie qui fait vivre de nombreux corps de métier, a été acceptée par la plupart des intervenants du 7e art. Les spectateurs du monde francophone, quant à eux, ont toujours vu, dans leur grande majorité, les films en version française au cinéma et à la télévision. Les séries télévisées, ont permis, elles aussi, au plus grand nombre de se familiariser avec de nombreuses voix de comédiens français, québécois ou belges. Le doublage reste néanmoins méconnu du grand public. Rencontres autour du doublage des films et des séries télé est un ouvrage qui présente - au travers de nombreuses interviews de comédiens et techniciens, de reportages sur des plateaux, de sujets de fond et de fiches de films - le monde du doublage, de la " synchro ". Ce livre rend ainsi hommage à ces professionnels qui méritent une large reconnaissance, contribuant à l'enrichissement de la diversité culturelle par le grand comme le petit écran.

Biographie de l'auteur
François Justamand, Thierry Attard, et leur équipe composée de Maxime Bomier, Bruno Lais, Laurent Girard, Yves Rouxel et Maurice Le Borgne, journalistes, spécialistes ou passionnés, professionnels du doublage, s'intéressent au sujet depuis de nombreuses années. Ils collaborent régulièrement à La Gazette du doublage, soutenu et abrité par le site Internet Objectif Cinéma.





--Message edité par claude le 2008-04-09 17:52:31--

avioracing
Messages postés : 200
Voxophile confirmé Posté le 09/04/2008 20:37:31


Je ne sais pas si on peut vraiment parler de "salariés" pour les comédiens par rapport aux sociétés de doublage. Et il y a d'autres salariés, mais j'entends bien que c'était sous-entendu ^^

On pourrait définir une société de doublage comme une entreprise chargée d'effectuer le doublage d'une oeuvre, en faisant notamment appel à des comédiens.

claude
Modérateur
Messages postés : 2800
Voxophile acharné Posté le 10/04/2008 11:17:51


Voilà le texte qui gouverne la question du salariat présumé
( l'alinéa 3 a été introduit par l'introduction de la directive européenne services ) :

Article L 762-1 du Code du Travail
"Tout contrat par lequel une personne physique ou morale s'assure,
moyennant rémunération,
le concours d'un artiste du spectacle en vue de sa production,
est présumé être un contrat de travail dès lors que cet artiste n'exerce pas l'activité, objet de ce contrat, dans des conditions impliquant son inscrïption au registre du commerce.

Cette présomption subsiste
quels que soient le mode et le montant de la rémunération,
ainsi que la qualification donnée au contrat par les parties. Elle n'est pas non plus détruite par la preuve que l'artiste conserve la liberté d'expression de son art,
qu'il est propriétaire de tout ou partie du matériel utilisé
ou qu'il emploie lui-même une ou plusieurs personnes pour le seconder, dès lors qu'il participe personnellement au spectacle.

Cette présomption de salariat ne s'applique pas aux artistes reconnus comme prestataires de services établis dans un Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen où ils fournissent habituellement des services analogues et qui viennent exercer leur activité en France, par la voie de la prestation de services, à titre temporaire et indépendant.

Sont considérés comme artistes du spectacle, notamment l'artiste lyrique, l'artiste dramatique, l'artiste chorégraphique, l'artiste de variétés, le musicien, le chansonnier, l'artiste de complément, le chef d'orchestre, l'arrangeur-orchestrateur et, pour l'exécution matérielle de sa conception artistique, le metteur en scène.

Le contrat de travail doit être individuel. Toutefois, il peut être commun à plusieurs artistes lorsqu'il concerne des artistes se produisant dans un même numéro ou des musiciens appartenant au même orchestre.

Dans ce cas, le contrat doit faire mention nominale de tous les artistes engagés et comporter le montant du salaire attribué à chacun d'eux.

Ce contrat de travail peut n'être revêtu que de la signature d'un seul artiste, à condition que le signataire ait reçu mandat écrit de chacun des artistes figurant au contrat.

Conserve la qualité de salarié l'artiste contractant dans les conditions précitées."

--Message edité par claude le 2008-04-11 09:13:47--

avioracing
Messages postés : 200
Voxophile confirmé Posté le 10/04/2008 11:46:23


Alors je n'ai rien dit, si la loi les appelle salariés...

Rémi
Messages postés : 1151
Voxophile acharné
Posté le 10/04/2008 11:49:01


Non, ce ne sont pas des salariés. Le personnel technique et éventuellement les directeurs artistiques, oui.
Les comédiens, non.

Leur statut d'intermittent du spectacle est particulier...

http://www.lagazettedudoublage.com
http://www.objectif-cinema.com/blog-doublage/
http://www.compagnonsdelachanson.com
claude
Modérateur
Messages postés : 2800
Voxophile acharné Posté le 10/04/2008 12:05:23


Non Rémi, tu commets une erreur, commune chez les artistes qui ne connaissent pas, pour la plupart, leurs propres droits. Le Professeur Pierre-Yves GAUTIER le souligne encore dans son "Propriété littéraire et artistique" 6e ed septembre 2007 PUF.

L'article L 762-1 Code du Travail est clair sur ce point. J'ai grasseyé les passages importants.

Je réexplique tout.

L'intermittent du spectacle est soumis
*au Code du travail pour sa rémunération et sa vie dans l'entreprise (tant du côté des droits d'un salarié : droit à la sécurité physique dans les locaux où la société de doublage l'envoie , droit à une pause de 20 mn au bout de 6 h consécutives de travail-prestation... et tout droit issu des obligations de l'employeur... que du côté des obligations de bonne foi d'être présent aux horaires fixés ou sur les lieux fixés, de prévenir son employeur de sa maladie, puis de lui envoyer un arrêt-maladie...) quand l'artiste travaille en tant que salarié
*au Code de la sécurité sociale pour le bénéfice de ses prestations sociales quand il ne travaille pas

C'est parce que l'artiste ne travaille que par intermittence en tant que salarié qu'il lui est difficle de cotiser pour les ASSEDIC et d'atteindre les minima pour toucher des prestations ASSEDIC comme les autres salariés, d'où un statut particulier pour eux en matière de sécurité sociale.

Quand l'artiste est prestataire de service, il doit cotiser à des caisses spéciales professionnelles, soit en tant que commerçant, soit en tant que professionnnel artistique indépendant.

La notion d'intermittent du spectacle n'a d'existence juridique que dans le cadre de la sécurité sociale.
En droit du travail, le contrat de travail d'un artiste de spectacle est un CDD d'usage qui est conclu pour un terme déterminé ou pour un événement déterminé susceptible d'avoir une fin. Seule la démonstration que son activité correspond à un besoin permanent et durable de son employeur pourrait transformer son CDD en CDI.

Je renvoie encore à 2 autres textes situés dans un développement consacré au CDD :
*Article D 1242-1 Code du Travail réécrit (il fut un temps l'article D 122-3 )

"En application du 3° de l'article L. 1242-2 (ancien article L 122-1-1-3°), les secteurs d'activité dans lesquels des contrats à durée déterminée peuvent être conclus pour les emplois pour lesquels il est d'usage constant de ne pas recourir au contrat à durée indéterminée en raison de la nature de l'activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois sont les suivants : [...]
6° Les spectacles, l'action culturelle, l'audiovisuel, la production cinématographique, l'édition phonographique ; [...] "

*Article L 1242-2 du Code de travail réécrit
"[...] un contrat de travail à durée déterminée ne peut être conclu que pour l'exécution d'une tâche précise et temporaire, et seulement dans les cas suivants : [...]
3° Emplois à caractère saisonnier ou pour lesquels, dans certains secteurs d'activité définis par décret ou par convention ou accord collectif de travail étendu, il est d'usage constant de ne pas recourir au contrat de travail à durée indéterminée en raison de la nature de l'activité exercée et du caractère par nature temporaire de ces emplois ; [...]

Je renvoie également aux différents articles du livre de François Justamand et de Thierry Attard passim.

NB Ce statut de salarié n'empêche pas les artistes de bénéficier en plus des droits reconnus par le Code de propriété intellectuelle:
*Article L 212-3 CPI
"Sont soumises à l'autorisation écrite de l'artiste-interprète la fixation de sa prestation, sa reproduction et sa communication au public, ainsi que toute utilisation séparée du son et de l'image de la prestation lorsque celle-ci a été fixée à la fois pour le son et l'image.
Cette autorisation et les rémunérations auxquelles elle donne lieu sont régies par les dispositions des articles L. 762-1 et L. 762-2 du code du travail, sous réserve des dispositions de l'article L. 212-6 du présent code."

*Article L 212-6 CPI
"Les dispositions de l'article L. 762-2 du code du travail ne s'appliquent qu'à la fraction de la rémunération versée en application du contrat excédant les bases fixées par la convention collective ou l'accord spécifique."

*Article L 762-2 du Code du Travail
N'est pas considérée comme salaire la rémunération due à l'artiste à l'occasion de la vente ou de l'exploitation de l'enregistrement de son interprétation, exécution ou présentation par l'employeur ou tout autre utilisateur dès que la présence physique de l'artiste n'est plus requise pour exploiter ledit enregistrement et que cette rémunération n'est en rien fonction du salaire reçu pour la production de son interprétation, exécution ou présentation, mais au contraire fonction du produit de la vente ou de l'exploitation dudit enregistrement."
(Ancien texte avant codification en 1973: LOI 69-1186 du 26 décembre 1969 ART. 2)

--Message edité par claude le 2008-04-11 09:10:36--

claude
Modérateur
Messages postés : 2800
Voxophile acharné Posté le 11/04/2008 09:04:59


Le Code de la sécurité sociale lui-même renvoie au statut de salarié lié à un employeur ou à plusieurs employeurs.
*Article L 311-2 CSS
"Sont affiliées obligatoirement aux assurances sociales du régime général, quel que soit leur âge et même si elles sont titulaires d'une pension, toutes les personnes quelle que soit leur nationalité, de l'un ou de l'autre sexe,
salariées
ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit,
pour un ou plusieurs employeurs
et quels que soient le montant et la nature de leur rémunération,
la forme, la nature ou la validité de leur contrat."

*Article L 311-3 CSS
"Sont notamment compris parmi les personnes auxquelles s'impose l'obligation prévue à l'article L. 311-2, même s'ils ne sont pas occupés dans l'établissement de l'employeur ou du chef d'entreprise,
même s'ils possèdent tout ou partie de l'outillage nécessaire à leur travail
et même s'ils sont rétribués en totalité ou en partie à l'aide de pourboires :
[...]
15°) les artistes du spectacle et les mannequins auxquels sont reconnues applicables les dispositions des articles L. 762-1 et suivants, L. 763-1 et L. 763-2 du code du travail.
Les obligations de l'employeur sont assumées à l'égard des artistes du spectacle et des mannequins mentionnés à l'alinéa précédent,
par les entreprises, établissements, services, associations, groupements ou personnes
qui font appel à eux,
même de façon occasionnelle ;
[...]"

--Message edité par claude le 2008-04-11 09:23:06--

Olikos
Messages postés : 236
Voxophile confirmé
Posté le 11/04/2008 09:15:04


Merci pour ces précisions, je vais regarder le livre également.

claude
Modérateur
Messages postés : 2800
Voxophile acharné Posté le 07/05/2008 13:47:21


Quelques lexiques de cinéma :
http://www.caen.iufm.fr/IMG/pdf/GFA_cinema.pdf (fin d'ouvrage)

http://thierry.coppis.free.fr/LEXIQUE.htm

--Message edité par claude le 2008-05-22 14:03:43--


claude

Messages : 8517
Date d'inscription : 03/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum